Escaparium Laval : RAIN Corp.

[LAVAL, Qc] Dimanche matin, 6 h 15 : départ de Québec pour aller découvrir RAIN Corp. chez Escaparium Laval. Jessica dort dans la voiture et Hector (13 ans) somnole. Moi, je compte les marmottes mortes. Oui, on a fait le pari de s’attaquer seulement en trio à ce scénario qualifié comme étant le plus difficile de l’entreprise. Nous verrons bien ce que ça va donner.

9 h : on arrive encore un peu mous et endormis.

9h15: le jeu commence. BAM! Aussitôt, les yeux s’ouvrent grand comme des trente sous et les mâchoires se décrochent; la fatigue n’existe plus. On est chauds patates, motivés comme jamais à nous lancer dans cette aventure.

Je peux déjà vous dire que j’ai capoté bin raide. Même Jessica, moins interpellée par le thème Sci-Fi, a été impressionnée. Je ne vais donc pas me gêner pour en beurrer épais! Rain Corp. le mérite amplement.

RAIN Corp. : attention, ce texte sera bourré de superlatifs

Immersion Fun Difficulté
⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️ ⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️ ⭐️⭐️⭐️⭐️ –
Fouille Manipulation Réflexion
10 % 45 % 45 %
💲 / 👤 💬
46 $ 75 min. FR/EN
👥 👥 idéal Testé à
3 – 10 4 – 6 3
🤖 Sci-Fi

.

Rain Corp est une multinationale impliquée dans l’ensemble des industries modernes. Leader de la robotique de pointe, Rain Corp œuvre pour « un meilleur avenir». L’entreprise a développé de nouvelles applications militaires révolutionnaires à la demande des plus grandes puissances mondiales.

Cependant, craignant que cela menace la sécurité internationale, des dispositions visant à contrer Rain Corp viennent d’être votées au conseil de l’OTAN. Mais l’entreprise elle-même semble avoir perdu le contrôle sur ses recherches.

L’humanité n’est peut-être déjà plus le maître de son avenir…

– Synopsis tiré du site d’Escaparium

Déjà, ce jeu coche tellement de cases qu’il faut être un zombi, un robot ou un robot-zombi pour y demeurer insensible :

  • Un décor de malade✔️
  • Des énigmes immersives et intéressantes alliant logique et manipulation ✔️
  • Un maître de jeu hors du commun ✔️
  • Un scénario de film d’action ✔️
  • Un générateur d’émotions ✔️

Un décor de malade

Avant qu’on ne pénètre dans la salle, Jonathan Driscoll, propriétaire d’Escaparium Montréal et Laval, nous a fortement recommandé de prendre le temps d’apprécier le décor dans son détail. Et pour cause, l’équipe s’est vraiment surpassée. C’est cependant tout un défi, tellement on est surstimulé visuellement et auditivement pendant 75 minutes. De plus, se lancer à corps perdu dans l’histoire – à seulement 3 – n’est pas étranger au fait qu’il fut parfois difficile de s’arrêter pour prendre le temps d’humer le parfum des fleurs. C’est qu’il y en a du stock dans cet environnement-là!

À la base, la coquille du jeu est vraiment très impressionnante. C’est grand, voire immense. Avec ces 2500 pieds carrés, RAIN Corp. s’empare sans difficulté de la couronne de la plus grande salle au Canada, jusqu’ici détenue par la création précédente de l’entreprise : L’île perdue de la Reine Vaudou.  C’est 25% plus grand que cette dernière! Et comme si ce n’était pas assez, on réussit à donner l’illusion que le lieu fait partie d’un tout encore plus vaste.

Ensuite, c’est f**ing magnifique. RAIN Corp. offre, en ce moment, le décor le plus fou au Québec. De tous les jeux que nous avons faits jusqu’à présent, il n’y a qu’à Bâton Rouge, en Louisiane, où nous avons vu un environnement plus démesuré et extravagant. (Cutthroat Cavern, chez 13th Gate, si vous vous le demandiez.) La construction est impeccable, tout comme la patine, les jeux de lumière et les effets spéciaux. La mise en scène, très soignée, en met plein la vue.  Il y a quand même un vrai XXXXXX et une XXXXXX encastrée dans un XXXXXX! (C’est fou raide, n’est-ce pas?) L’ensemble donne l’impression qu’on se retrouve en plein jeu vidéo ou dans une scène d’action d’un gros blockbuster de l’été, au choix.  Le grand souci porté aux détails vient non seulement enrichir le visuel, mais nourrit aussi l’aspect narratif du scénario.

Nos oreilles ne sont pas en reste. Entre la trame bien présente et tous les éléments audios qui titillent constamment notre ouïe, on découvre un environnement sonore particulièrement riche et complexe contribuant à donner vie à la mission. 

Comme on en veut toujours plus, on se serait attendu à ce que certains trucs statiques soient plutôt en mouvement, question de nous faire capoter davantage.

Enfin, ce grand terrain de jeu est bien exploité. Sa configuration élaborée permet l’exploration où plus d’un effet WOW vous attendent au détour. Les différents casse-têtes sont également bien répartis dans l’espace.

Des énigmes immersives

Parlant des énigmes, on est face ici à beaucoup de manipulation, d’observation et de logique, avec peu, voire pas de fouille. On est confrontés à de beaux défis, dont plusieurs sortent de l’ordinaire. Vos différents sens seront mis à l’épreuve à un moment ou un autre. Il y en a aussi pour tous les goûts : des phases d’action, de l’exploration, mais avant tout beaucoup de réflexion.

Il va sans dire que RAIN Corp. est full technologique. Ce n’est pas vrai qu’un Leader de la robotique de pointe, œuvrant pour « un meilleur avenir», tenterait de vous mettre des bâtons dans les roues à coups de pauvres cadenas 3-chiffres. Que nenni! À l’image du décor, les accessoires utilisés sont vraiment su’à coche.

Les étapes sont parfaitement en lien avec le thème et, dans la grande majorité des cas, sont assez cohérentes avec la situation et ce qu’on tente d’accomplir. On sait donc pourquoi on veut faire ce qu’on est en train de faire; et à quoi ça va servir. En plus d’assouvir notre désir de résolution de problèmes, les séquences servent aussi à supporter la trame narrative.

À plusieurs moments, le jeu permet la résolution d’énigmes en parallèle. Vous répartirez-vous les tâches pour gagner du temps au risque de manquer une étape cool? 

Je crois que le nombre parfait de joueurs est 4 accros ou 6 mortels normaux. Alors, à trois ça se fait bien? C’est plus sportif, mais on a pu profiter pleinement de l’expérience. Avec du recul, les puzzles ne sont jamais trop compliqués, même si, dans le feu de l’action, il est si facile de manquer un paramètre important. Heureusement, dans ces cas-là, on peut vite s’en remettre au maître de jeu. Il nous a été bien utile! 🙂

Un maître de jeu hors du commun

OMG le GM! Les concepteurs ont frappé très, très fort. C’est certainement l’intégration du maître de jeu la plus impressionnante qu’on a pu voir à ce jour. En plus de vous venir en aide en cas de besoin, ce dernier contribue tellement à l’immersion.

Déjà, dehors les GM avec un t-shirt de l’entreprise qu’on appelle au walkie-talkie qui griche et/ou qui n’a plus de batterie en disant : « eille, el gros, j’veux un indice! » (On les aime pareil, t’sé.) Vous aurez donc deviné qu’on a affaire à un personnage. Celui-ci sera présent tout au long du scénario et il est tout simplement parfait! Pas gênant pour 5 cennes, toujours dispo, efficace et 10000% legit, il est attachant au point où Jessica en a oublié Kevin de la Pop! Oui, vous avez bien lu.

Ensuite, on a apprécié recevoir des consignes de façon thématique, ce qui est très peu commun au Québec. L’aventure immersive débute ainsi avant même de pénétrer dans la salle.

Un scénario de film d’action

Escaparium a décidé de pousser l’aspect narratif plus loin que le seul synopsis de départ (bien souvent rangé aux oubliettes par les joueurs dès que le chrono est démarré). Déjà, avec les Quatre sorciers et le grimoire de l’Art Obscur, l’entreprise avait eu la volonté de raconter une histoire. Ici, la démarche a été peaufinée. L’équipe aurait même passé plus de temps à plancher sur celle-ci que sur celles de tous ses autres jeux combinées.

On se retrouve donc dans un scénario empruntant à plusieurs franchises bien établies. RAIN Corp. peut bien sûr faire penser à l’Umbrella Corp. de Resident Evil, entre autres. On reconnait aussi des situations dignes d’un film d’Arnold. Pas Un flic à la maternelle.

Pour mettre l’emphase sur l’histoire, on a droit à une belle mise en contexte où on prend le temps d’expliquer les points importants et les enjeux de la mission. Comme mentionné précédemment, le décor et les énigmes servent également au développement du récit – surtout en début de jeu. 

Un générateur d’émotions

Une grosse coche au-dessus des scénarios précédents d’Escaparium, RAIN Corp. nous a fait passer par toute une gamme d’émotions, tellement on s’est pris au jeu. On a senti l’urgence (ça, c’est le plus facile de la gang), mais on a aussi été impressionnés, surpris, amusés et même (presque) émus. Comme on dit, la barre est haute pour la suite! 

Alors, tenté d’aller voir se qui se trame chez RAIN Corp. ?

bouton-reserver


Allez leur rendre visite :

Escaparium Laval 
5545 Boulevard des Rossignols
Laval, QC
H7L 5W6
514-548-3307
website-logos-website-logo-free-logo-design-software     logofb

Dans le cadre de notre couverture médiatique, cette partie nous a été gracieusement offerte par Escaparium. Crédit photo : Escaparium.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s