X-Cape : Kidnapping

On a coulé notre examen à la petite école des sorciers et on s’est mérité un aller simple pour les requins, gracieuseté du capitaine Keyhauler et de ses pirates. Ce fut donc une dure journée d’échecs que nous nous sommes juré d’oublier en organisant, au chic camping X-Cape d’Hochelaga, un party des plus mémorables.

Les toupets étaient bourrés de spray-net inflammable (on a tassé les tiki torches juste un peu, pour éviter que Nancy pogne encore en feu) et tout le monde avait mis son plus beau chandail Original Au Coton sans savoir qu’il serait à nouveau tellement in en 2019. Il n’était pas encore midi, qu’avec Valérie et Anne-Marie, on a mis la main sur les dernières caisses de O’keefe d’avant que la compagnie ne soit absorbée par Molson et on a fait le party comme si c’était 1989 !  Assis sur le bord du feu, on aurait bien écouté Rendez-vous doux de Gerry Boulet toute la nuit, en boucle sur notre radiocassette portable (8 batteries D, non incluses), mais c’était sans compter Jean-Gilles, légendaire tueur en série, qui aspirait à mettre du piquant dans notre soirée.

Kidnapping : Linda ! Ferme la porte à moustiquaire, y’a des mouches pis un tueur dehors !

Immersion Fun Difficulté
⭐️⭐️⭐️⭐️ – ⭐️⭐️⭐️ – – ⭐️⭐️ – – –
Fouille Manipulation Réflexion
— % — % — %
💲 / 👤 💬
26 $ 60 min. FR/EN
👥 👥 idéal Testé à
2 à 6 2 à 3 4

 

Nous sommes en 1989 et c’est enfin l’heure de partir vers le chalet en bois et faire le party avec les amis au camping. Dès votre arrivée, vous découvrez qu’un légendaire tueur en série s’est échappé de prison et a transformé votre lieu de vacances en une forêt de la mort.

Avec un tueur en série à l’extérieur de votre chalet et bloqué sans cellulaire, vous et vos amis devrez résoudre les énigmes et vous montrer plus intelligents que ce meurtrier.

Pourrez-vous survivre à la nuit et contacter la police avant que le meurtrier vous attrape?

– Synopsis tiré du site d’X-Cape

 

 

Vite ! Enfermons-nous dans le chalet… du tueur !?

Kidnapping fait du bon travail, côté ambiance. La vidéo d’introduction (pas celle présentée dans cet article) est bien amenée et son intégration dans le décor est réussie, au point de ne justement pas avoir vraiment l’air d’une vidéo de mise en situation.

Les lieux représentent de façon somme toute crédible le petit chalet rustique dans lequel nous nous sommes enfermés. C’est sur le bois, comme il se doit, et c’est juste assez sombre pour que certains éléments louches aient l’air un peu effrayants. J’ai trouvé l’endroit visuellement intéressant et généralement bien construit.

Aussi, le terrain de jeu est ici plus spacieux. Kidnapping occupe une remorque complète et non seulement la moitié, comme c’est le cas pour L’école des sorciers et Pirates. On se pile donc un peu moins sur les pieds et il y a place à un peu d’exploration.

Si vous êtes moindrement nerveux, vous risquez de sursauter de temps à autre. Ça peut effectivement arriver quand un tueur rôde autour de votre petite cabane en bois. C’est drôle une fois ou deux, mais ça peut vite devenir redondant. Avec moi, ça a fonctionné à tous les coups !

Un autre point positif pour Kidnapping : on vit un réel dénouement de l’histoire, du moins, quand on atteint l’objectif fixé dans le scénario. De plus, la fin est juste délicieuse ! En tout cas, on peut dire que ça surprend et on a bien ri de la spontanéité de la situation. (N’oubliez pas que je rigole souvent pour des trucs louches.)

Bro ! T’as pas pris ton cell ! Comment on va faire pour s’en sortir ?

En 1989, le Motorola MicroTAC 9800X est arrivé sur le marché avec un prix de vente tournant autour des 3000 $. Pas sûr que c’était le genre de gadget qu’une bande de jeunes auraient normalement amené avec eux pour une beuverie au camping. Les cellulaires devaient donc être pas mal le dernier souci des Jean-Gilles, légendaires ou pas. C’était le bon vieux temps, où couper le fil téléphonique isolait vite fait, bien fait, les victimes potentielles du reste du monde. Sans cell, qu’allions-nous pouvoir faire ?

Avec son niveau de difficulté relativement bas et sa variété d’énigmes plutôt classiques, Kidnapping offre une expérience qui sera intéressante particulièrement pour les participants faisant leurs premiers pas dans le monde des jeux d’évasion. Ça ne réinvente rien, mais c’est efficace et on touche un peu à tout. La cabane a son lot de compartiments verrouillés, sans que ce soit le festival du cadenas non plus, et propose aussi plusieurs manipulations tout à fait thématiques, logiques et cohérentes avec l’histoire. Ça, c’est très chouette !

Tous les jeux X-Cape ne naissent pas égaux

Oui, c’est, à quelques détails près, la même tirade que dans nos articles sur L’école des sorciers et Pirates, mais cette observation est également valable pour ce jeu-ci.

Une grande partie de notre déception vient du fait que nous ignorions que ces scénarios sont des jeux mobiles. N’ayant connu jusqu’ici que la démesure de la succursale X-Cape de Dorval avec ses Anubis et Agent 500, nous étions loin de nous douter que nous aurions affaire à une mini salle installée dans une remorque. Surtout que les prix d’entrées sont les mêmes pour ces expériences pourtant aux antipodes.

Autre point discutable : l’emplacement. Imaginez notre surprise quand nous avons découvert les 3 trailers stationnés en rond comme une caravane de gitans, drette sur le bord de la piste de karting. Ça peut paraître anodin comme ça, mais ça sent le rubber et ça ajoute au lot de contraintes sonores.

Peut-être que c’est parce qu’on était rendus habitués aux bruits des karts, mais j’ai trouvé que les nuisances sonores étaient moindres dans Kidnapping. Ici, contrairement aux deux autres jeux de roulottes, il n’y pas de climatiseur bruyant. C’est un plus pour l’ambiance, mais il finira immanquablement par faire pas mal chaud. L’option sera alors de laisser la porte ouverte. Oui, même s’il y a un tueur qui veut entrer…

Enfin, je ne crois pas avoir vu de caméra de surveillance. On a donc droit aux visites sporadiques du maître de jeu venant dans la salle pour nous demander si tout est beau et si on veut un indice, que ce soit à un moment opportun ou pas. On nous a même finalement dit que si on avait besoin, « juste à ouvrir la porte, pis on devrait être proches » (Sauf que ce n’était pas toujours le cas.) Encore une fois, pour l’immersion, c’est loin d’être génial.

Verdict

Ceci dit, si vous pouvez faire abstraction des « détails » mentionnés ci-haut, le jeu lui-même est tout à fait décent (et est même très bien, considérant que c’est une aventure mobile). Dommage que l’expérience globale le soit beaucoup moins. Malgré ces irritants, j’y ai passé un bon moment,  le thème et l’ambiance ayant su me convaincre. Cependant, comme les énigmes étaient plus simples et classiques, les filles n’ont peut-être pas été autant emballées que moi. Jean-Gilles avait pourtant l’air d’un bon parti.

On vous laisse sur ce petit rappel amical !

pary like it's 1989


bouton-reserver


Allez leur rendre visite :

X-Cape Montréal
5592 Hochelaga
Montréal, QC
H1N 3L7
1-877-228-4665
website-logos-website-logo-free-logo-design-software     logofb

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s