Mission Évasion : Le cœur de Nadulritz

Au Saguenay, des espaces verts, y’en a un, pis un autre ! L’embarras du choix pour faire une rando est donc assez grand. Quelle ne fut pas notre surprise de découvrir qu’on s’était aventurés sur les terres de Mission Évasion, que la forêt était enchantée ET qu’elle avait besoin de notre aide ! Le « hasard »…

Escaparium Saguenay : Le Pavillon Murdock, la troublante vérité

Ça commençait à faire un petit bout qu’on avait des échos de l’asile du Pavillon Murdock que préparait Escaparium Saguenay, et tout ce que nous entendions nous plaisait. Presque trois mois après l’ouverture du scénario, toute résistance était devenue futile : il nous fallait aller constater les résultats par nous-mêmes. Isabelle et Phil se sont joints…

Escaparium Saguenay : Le traqueur

Il nous est déjà arrivé, à Jessica et moi, de nous retrouver piégés dans l’appartement d’un cinglé qui voulait tous nous faire sauter. C’était à une autre époque et dans une autre ville. On s’en était sortis de justesse. Aujourd’hui, chez Escaparium Saguenay avec Johannie, Maxime, Phil et Sam, nous avons vécu une situation similaire….

Mission Évasion : Camping mortel

J’avais bien hâte de retourner chez Mission Évasion, où j’avais été agréablement surprise avec leur premier scénario La folie d’Edgar. Les décors sont magnifiques et l’immersion très réussie. Autant dire que je n’en attendais pas moins du Camping mortel, mission qui, on s’en doute, allait plus nous plonger dans le sang et l’horreur. Mon synopsis…

Escaparium Saguenay : L’évasion

À l’occasion de la Saint-Patrick, on a enfilé nos plus beaux tatous de prisonnier faits au stylo Bic et on s’est transformés en un gang d’Irlandais pas roux, qui ne s’était « pas » fait arrêté pour grabuge, meurtre et ébriété sur la voie publique. Avec Johannie, Maxime et Philippe, nous sommes donc allés voir si…

Escaparium Saguenay : Le mystère Jean Tremblay

On se disait l’autre jour, en rédigeant un article sur une évasion de prison, que la plupart du temps, les participants d’escape games étaient placés dans le rôle de victimes piégées par le système. Il est certes possible d’incarner un cambrioleur, mais jamais rien de bien méchant. Et le lendemain, juste comme ça, Marie-Claude Lavoie…