Escaparium Saguenay : Il était une fois… et surtout… ne mangez RIEN!

[SAGUENAY, Qc] Il était une fois, un duo de blogueurs de jeux d’évasion perdu dans les bois. Ils roulaient depuis si longtemps qu’ils avaient perdu le compte des jours. Soudain, l’un d’eux s’écria: « là-bas! Il y a une maison! » Ils n’en croyaient pas leurs yeux! Ils avaient enfin traversé le parc des Laurentides et arrivaient à destination. Et cette dernière ne pouvait pas être plus attrayante! Par endroit, les murs étaient recouverts d’énigmes. Des cadenas colorés, des accessoires géants et de délicieux petits puzzles envahissaient les lieux

-« Hummmm! On est rendu chez Escaparium Saguenay! » On ne s’est même pas posé la question à savoir si on entrait ou pas!

Il était une fois… et surtout… ne mangez RIEN! : un autre jeu d’une succursale Escaparium avec un nom long comme ça se peut pas!

Immersion Fun Difficulté
⭐️⭐️⭐️⭐️ – ⭐️⭐️⭐️⭐️ – ⭐️⭐️⭐️⭐️ –
Fouille Manipulation Réflexion
15 % 30 % 55 %
💲 / 👤 💬
37.94 $ 60 min. FR
👥 👥 idéal Testé à
4 à 8 3 – 4 2
✨Fantastique
Joué le Notre combientième salle
2021-10-02 280

.

Il était une fois un groupe d’amis perdu dans les bois. Ils marchaient depuis si longtemps qu’ils avaient perdu le compte des jours. Soudain, l’un d’eux s’écria:

– Là-bas! Il y a une maison!

Ils n’en croyaient pas leurs yeux! Ils avaient enfin trouvé refuge! Et cette maison ne pouvait pas être plus attrayante! Par endroit, les murs étaient recouverts d’un onctueux crémage blanc. Des sucettes colorées, des macarons géants et de délicieux petits gâteaux envahissaient le parterre.

– Hummm! Ça sent le bon gâteau! On entre?

– Synopsis tiré du site d’Escaparium

Un décor de livre de contes

Back in the days , dans mon jeune temps au Saguenay, on pouvait acheter des bonbons à une cenne au dépanneur. Je capotais bin raide quand je ramassais assez de bouteilles vides pour pouvoir dire au commis que je prendrais 200 p’tites framboises, les meilleurs jujubes à 1¢ au monde. Déjà, parce que c’était drôle à compter (et encore plus, à faire compter), mais aussi parce que ça en faisait une quantité plutôt épique pour un p’tit cul de mon âge.

Si 2 piasses de bonbon peuvent faire cet effet-là, imagine te ramasser devant à peu près 10k en (fausse) confiserie. En effet, Escaparium n’a pas lésiné sur les moyens pour créer une scène qui fera assurément grimper ton taux de sucre. Les très nombreux bonbons d’Escap goûtent sûrement moins bon que ceux de mon enfance, mais ils sont vachement plus impressionnants!

Comme la p’tite Gretel ou le p’tit Hansel (« Hansel, so hot right now. Hansel. »), on a le goût de croquer dans la maisonnette à pleines dents . Et pour cause: elle est superbe et a vraiment l’air d’être faite en biscuits (de trois pieds de large, on s’entend), en crémage et en bonbons!

On tient également  à souligner le fait que Marie-Claude et Félix, les créateurs à la tête des deux succursales du SagLac, sont rendus des experts en construction de forêts.

Par contre, on a un peu l’impression que la scène initiale est déjà le point culminant (visuellement) de l’aventure. Le plus gros wow arrive dès le début. Néanmoins, les accessoires et autres éléments de décor sont bien faits, tandis que les scènes présentées sont le fun à découvrir.

Encore une fois, force est de constater que l’équipe a réalisé un terrain de jeu crédible et de qualité, qui transporte le joueur ailleurs instantanément. L’endroit est coloré et  fantastique. Rappelez-vous cependant que les contes pour enfants n’étaient jamais tout rose bonbon. Attendez-vous donc aussi à un côté plus sombre 😱… Ceci dit, les pointes d’humour ne sont jamais bien loin.

escaparium-il-eteait-une-fois-décor

La trame audio vient compléter l’expérience de belle façon. Les interactions du maître de jeu contribuent à renforcir l’effet d’être plongé dans un livre de contes. De plus, ces dernières sont aussi bonnes pour l’immersion que pour l’égo 🙂 On a adoré.

Il y a bien juste un mécanisme lent et bruyant qui nous rappelle que le tout n’est pas réellement magique, mais ça fait sourire plus qu’autre chose tant ça surprend et détonne avec le reste. En tout ca, vous êtes certain de ne pas le manquer!

Ça sent le bon gâteau! On entre… mais comment?

J’ai pris un moment pour me régaler des yeux en pénétrant dans l’univers de Il était une fois…et surtout… ne mangez RIEN! Les mauvaises langues insinueront que c’est parce que je ne savais pas trop quoi faire anyway. Elles n’ont pas complètement tort. Le début de l’aventure peut donner du fil à retordre. Du coup, ça nous a permis de profiter du décor plus longtemps 😁! Heureusement que notre bienveillante fée marraine veillait sur nous. Elle a su gentiment nous aiguiller.

Une fois lancés, ça y va assez rondement, sans être facile pour autant. Le rythme est bon et les tâches sont variées et, pour la grande majorité, plutôt satisfaisantes.  Pour les accros (surtout ceux ayant visité la succursale de Dorval), il y aura quelques airs de déjà-vu dans certaines mécaniques. Par contre, Escap SagLac n’aime pas faire simple de même. Il y a donc des twists intéressantes qui viennent complexifier davantage certains casse-têtes plus « connus ».

Mention spéciale à une énigme en particulier (qu’on ne mentionnera pas en fait 🤪). C’est une façon vraiment créative et thématique pour en arriver à la réponse recherchée. En plus ça met de l’ambiance dans la place!

Même si ce jeu est en grande partie non linéaire (on peut faire plusieurs étapes sans ordre précis, voire simultanément), je ne le conseille pas vraiment pour de grands groupes. L’espace n’étant pas particulièrement spacieux et vu la configuration de certaines énigmes, vous risquez de vous piler sur les pieds et ça peux vite devenir cacophonique. Pour un groupe de joueurs habitués, 3 me semble être le nombre optimal de participants. En effet, un gourmand de plus nous aurait été pratique à plus d’une reprise.

Il est aussi bon de noter que malgré la thématique, ceci n’est pas un jeu pour enfants. Ce n’est donc pas pantoute la place pour lâcher lousse le p’tit Cédric qui viendrait fêter son dixième anniversaire tout seul avec ses 7 amis excités par la promesse du sucre. En revanche, s’ils vous accompagnent, vous pourrez faire participer les enfants à quelques tâches et ils seront certainement impressionnés par le décor et à fond dans l’histoire.

Fin

Sûrement que l’Escouade des Fins Heureuses veillait au grain, car c’était mission accomplie pour les deux blogueurs de jeux d’évasion qui ont réussi à se sortir à temps -et souriants- du fâcheux pétrin dans lequel ils s’étaient encore fourrés. À la fin, le duo n’a peut-être pas pu grignoter les coins de la maison fantastique, mais il a découvert un autre met légendaire: la surprenante et incroyable raclette avec du spaghetti!

C’est ainsi que se termine ce délicieux conte. Alors les p’tites dents sucrées, prêtes à vous plonger dans l’histoire à votre tour?

eacaparium-il-etait-une-fois-2021-10-02

bouton-reserver


Allez leur rendre visite :

Escaparium Saguenay
371 Rue Racine E
Saguenay (Chicoutimi), QC
G7H 1S8
581-222-1162

website-logos-website-logo-free-logo-design-software     logofb

logo-escaparium.jpg

Dans le cadre de notre couverture médiatique, cette partie nous a été gracieusement offerte par Escaparium du Lac. Crédits photo : Escaparium du Lac.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s