L’Issue : Le repaire

Avec Isabelle et Phil, on a profité d’un beau samedi de printemps pour voler un vieux char rouge et le descendre au repaire de L’Issue, à Drummondville. Comme personne n’allait dénoncer le vol (c’était ma voiture), on s’était dit que ça allait être une job facile et sans complication. FAUX. Vous, comme moi, savez qu’il y en a toujours !

Le repaire :

Décor : ⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️  Fun : ⭐️⭐️⭐️⭐️   Niveau : ⭐️⭐️⭐️

Le nouveau s’est planté. Alors qu’il venait de piquer sa première bagnole, il l’a envoyée valser dans la vitrine du poste de police. Notre contact à l’intérieur des murs a confirmé que le petit a tout déballé. Les voitures qu’on visait, le quai d’embarquement et, le pire, l’adresse de notre planque !

Par chance, le nouveau ne connait pas encore la cachette que le patron a aménagée dans le garage. Si seulement le vieux Bob était là pour nous dire où est l’entrée, mais il est déjà derrière les barreaux à cause de son dernier coup.

Notre contact a réussi à nous acheter du temps, alors nous n’avons pas loin d’une heure pour nous planquer.

Synopsis tiré du site de L’Issue

Vous voyez, y’a toujours des pépins. Le vieux s’était déjà fait chopper et le nouveau vient aussi de se faire prendre. Il va falloir travailler vite et bien si on veut sauver notre peau et ce qui reste de la bande.

Le petit garage qui en a dedans !

Le garage du vieux Bob n’est pas très grand (on comprend la limite de quatre participants) et pourtant, il déborde tellement d’éléments qu’il faut un certain temps pour prendre connaissance de tout l’environnement. L’Issue a concocté ici un décor gonflé aux stéroïdes, où le joueur est visuellement stimulé, peu importe où il regarde – plafond inclus.  Il y a vraiment du stock partout ! Tu ne trouves plus ton wrench 3/4 ou ton impact ? Ton pneu de secours ? MON pneu de secours ? Y’a des chances qu’ils soient dans le repaire…

La pièce donne l’impression d’un croisement entre un petit garage (calendrier Snap-on de filles légèrement vêtues en moins) et d’une salle d’arcades (sans jeux d’arcades pour autant… Vous verrez bien !). Mention spéciale au travail de l’artiste en arts visuels Yann Lemieux, qui a été mandaté pour contribuer au « WOW » de la salle.

Le repaire offre une immersion visuelle réussie. Le décor est original, interactif et très réaliste. Plusieurs éléments proviennent d’ailleurs d’un vrai garage du coin.

La seule chose manquante dans la pièce : une petite radio pour créer une ambiance sonore. Me semble qu’il y en a toujours une d’allumée à shop.

S’il s’agissait seulement de se planquer !

Je l’ai dit : y’a toujours des pépins. Trouver la cachette c’est une chose, mais il faudra aussi faire disparaître avec vous certains éléments compromettants. Ceci nécessitera, bien entendu, quelques recherches supplémentaires. Ce ne serait pas si problématique, si Bob avait eu ne serait-ce qu’un début de système de rangement conventionnel…

Le niveau de jeu est assez accessible. Ce qu’on a à accomplir est clair, tout comme la majorité des associations à faire pour progresser. La fouille est omniprésente, mais on n’a pas à s’arracher les yeux. Il n’y a pas non plus d’énigmes complètement tordues ou dont la résolution passe par de nombreuses étapes.

Aussi, l’ajout d’électronique dans la pièce permet des manipulations amusantes, tout à fait en lien avec le thème, en plus d’apporter une certaine interaction avec le décor. Plaisir assuré pour les plus jeunes (mais pas qu’eux) !

Tout ceci en fait un scénario à la portée de tous. Et si, malgré tout, on se sent dépassé, on peut toujours demander de l’aide.

D’ailleurs, différence notable par rapport aux autres salles de L’Issue : le maître de jeu incarne ici un personnage de l’histoire, qui peut logiquement et légitiment nous aider dans la tâche, ce qui renforce l’immersion. Exit aussi le walkie-talkie, qui fait place à un moyen de communication beaucoup plus efficace. Merci de ton aide Loulou, sans toi on rôtirait sûrement en tôle, en compagnie de Bob et du nouveau !

L’Issue, version 2.0

Pour conclure, Le repaire nous a permis de constater une très belle évolution chez L’Issue. À ce jour, c’est, sans équivoque, la salle de l’entreprise de Drummondville qui offre la meilleure immersion. Le décor est excellent, l’interaction avec le maître de jeu notre complice est efficace et les énigmes sont amusantes. La barre est haute pour la suite !

lissue-repaire-2018-05-26
Vite, la police arrive ! Prenez ce qui est important et FUYEZ !

Nous avons fui la police et sommes allés nous terrer à la Microbrasserie Le BockAle, le temps que ça se calme un peu au repaire…


Allez leur rendre visite :

L’Issue
189 rue Hériot
Drummondville, Québec
J2C 1J9
819-472-1890
lissue.ca

lissue_logo_blanc_200x55

Dans le cadre de notre couverture médiatique, cette partie nous a été gracieusement offerte par L’Issue. Crédits photo : L’Issue.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s