L’Issue : La Game Over (fermée)

En compagnie d’Ernest et d’Hector, j’ai continué notre pèlerinage du Vendredi saint. Nous avons donc pris notre grabat et avons marché jusqu’à Drummondville (bon, peut-être pas marché), où L’Issue proposait une offre très, très alléchante à l’occasion de leur premier anniversaire d’opération.

Pour ce deuxième arrêt de la journée, nous avions pour mission de sauver l’inestimable patrimoine matériel des glorieuses années 80. En effet, nous avons appris que ça allait probablement être « the end of the word as we know it » et nous ne feelions pas du tout fine.

La GAME OVER : Merci d’avoir joué. S.V.P. essayez de nouveau !

Décor : ⭐️⭐️  Fun : ⭐️⭐️⭐️   Niveau : ⭐️⭐️⭐️⭐️

Voilà le topo : Le Docteur Samuel Trudeau, croyant qu’il pourrait changer le cours des événements, a décidé de remonter le temps afin de voler les artefacts ludiques des années 80 et de les détruire. Il les a tous empilés dans une voûte qu’il fera exploser dans 60 minutes.  Heureusement pour l’humanité, mais plus particulièrement pour les geeks, l’emplacement de cette pièce a été découvert et nous faisions partie de l’équipe de choc qui devait désamorcer la bombe.

Petit énoncé de logique spatiotemporelle

Si on considère que:

  1. les jeux de l’époque sont à l’origine de la technologie aujourd’hui utilisée pour le voyage spatiotemporel;
  2. le docteur Trudeau, grâce à cette même technologie, remonte le temps afin de les voler et de les détruire;

on peut supposer que, s’il réussit à mettre son plan diabolique à exécution, le voyage dans le temps n’existerait plus. Par conséquent, le docteur Trudeau n’aurait plus eu accès à cette technologie et n’aurait donc pas pu aller s’emparer des artefacts. Ceux-ci seraient-ils donc en sécurité dans tous les cas ?

Même si je croyais que ma théorie tenait la route, il n’y avait pas de chance à prendre. Il nous fallait désamorcer cette satanée bombe.

La voûte

Le décor exploitait bien le thème des jeux rétro, vidéos et autres. Sans pour autant avoir l’air d’une voûte où des tonnes d’objets étaient empilés, comme on aurait pu se l’imaginer, la pièce était amusante à découvrir. Nous avons eu bien du plaisir, les enfants autant que moi, à trouver tout ce qu’elle nous réservait.  Les références choisies étaient iconiques, ce qui conférait au lieu un bon capital de sympathie !

C’est le cas pour toutes les salles de L’Issue, mais ici nous avons trouvé un peu dommage qu’il n’y ait pas d’ambiance sonore. Le thème choisi étant pourtant si riche dans ce domaine. Il y avait certes la bombe qui nous rappelait sa présence, mais il me semble qu’une bonne trame sonore de jeux vidéo 8-bits, au tempo qui accélère plus le temps passe, aurait bien fait la job, niveau immersion.

Il y a quelques éléments mineurs du décor qui ont connu de meilleurs jours, mais rien de nuisible au jeu.

C’est le fil bleu ou le fil rouge ?

Game Over est la salle la plus difficile de L’Issue.  Selon le niveau de difficulté choisi avant le début de la partie (comme dans un jeu vidéo), on avait droit à un nombre prédéterminé d’indices.  Une fois ce nombre assez limité atteint, il fallait se débrouiller par ses propres moyens.

Nous avons été confrontés à quelques énigmes (une en particulier) plus ardues et dont la logique nous avait largement dépassée. Sinon, nous avions affaire à des tâches quand même assez accessibles, du moment que vous êtes observateurs et que vous avez de la patience. Il était aussi important de bien fouiller partout, une tâche idéale pour occuper les enfants plus jeunes.

Il s’en est fallu de peu pour que nous réussissions à désamorcer la bombe. Nous étions si près du but, mais nous avons été pulvérisés avec le sentiment de s’être bien amusés !

issue-drummondville-game-over-30-03-2018

Vous savez quoi ? Je crois que ma théorie était bonne, car même si la bombe du docteur Trudeau nous a explosé au visage, comme ce fut le cas pour environ 92 % des agents qui ont tenté de réussir cette mission, la voûte est toujours intacte et le compte à rebours de l’engin explosif se remet toujours à 60 minutes.

Allez leur rendre visite :

L’issue
189 rue Hériot
Drummondville, Québec
J2C 1J9
819-472-1890
lissue.ca

lissue_logo_blanc_200x55

Crédits photo : L’issue.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s