À Double Tour : Les nuits d’asile – Le syndrome d’Alice (fermée)

Chers éminents collègues, nous sommes ici en présence d’un fascinant cas du syndrome de Todd (merci Wikipédia pour le vrai nom du syndrome d’Alice 🙂 ). Bien que j’affectionne particulièrement la lobotomie comme remède à tous les maux, je crois que nous n’ayons d’autre choix que de pénétrer dans l’esprit de cette pauvre patiente si nous souhaitons trouver réponse à nos questions.  Et peu importe si c’est votre anniversaire, docteure Jessica, vous devrez faire des heures supplémentaires et participer à cette nuit d’asile.  Docteure Camille, docteur Philippe, préparez vos scalpels, nous allons entrer dans la tête du sujet.

Les nuits d’asile – Le syndrome d’Alice : Dépêche-toi, lapin blanc, si tu veux trouver toutes les réponses à temps !

Décor : ⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️  Fun : ⭐️⭐️⭐️⭐️   Niveau : ⭐️⭐️⭐️⭐️

Le concept

Les nuits d’asile, une création du club social des employés d’À Double Tour, est loin du jeu d’évasion traditionnel. Ici, les salles classiques de la compagnie sont utilisées pour représenter l’esprit d’un patient interné, dans lequel il faudra s’aventurer afin de tenter de le ramener à la réalité.

Les joueurs, munis de lampe de poche, papier et crayon, ont donc le loisir de se promener librement dans chaque recoin du lieu, où ils devront trouver les réponses à 10 énigmes. Il n’y a ni portes barrées ni de cadenas à déverrouiller. À la fin de l’heure allouée, les points gagnés pour chaque bonne réponse sont additionnés pour donner le score final. Voyez donc plutôt ça comme une grande chasse au trésor pimpée.

Victime de son succès

Lancées en janvier 2018, les nuits d’asile étaient initialement une activité spéciale se jouant après les heures normales d’accueil d’À Double Tour pour trois fins de soirée seulement. Lors de l’ouverture des réservations pour les nuits d’asile, l’enthousiasme débordant de la clientèle pour le projet, multiplié par le nombre restreint de plages horaires (le tout ensuite divisé par zéro) a fait en sorte de briser l’Internet , ou du moins le site de la compagnie.  À notre grand regret, nous ne faisions pas partie de ceux qui avaient eu la chance de mettre la main sur le ticket doré.

Ne nous laissant pas abattre et ne voulant pas non plus attendre la prochaine édition des nuits d’asile,  j’ai décidé d’utiliser le service « événements corporatifs et fêtes privées » offert par À Double Tour pour que nous puissions tenter, à l’occasion de la fête de Jessica, l’expérience du Syndrome d’Alice. Gros, gros pouce par en haut à Mymi, qui a géré, personnalisé et animé le tout d’une main de maître, et au reste du staff qui a contribué au succès de cette session spéciale de fin de soirée.

Décor et animation

à-double-tour-les-nuits-d-asile-alice-terrierLe syndrome d’Alice emprunte sans surprise la salle du scénario Au pays des merveilles. Le décor original de la pièce, déjà fantaisiste et surréaliste, est altéré par l’ajout d’éléments de jeu, un changement dans l’éclairage et dans l’ambiance sonore. Résultat : une salle plutôt glauque, sombre et angoissante, mais pas autant qu’Alice elle-même !

Oui, parce que dans les nuits d’asile, le maître de jeu personnifie le fou. Celui-ci est constamment présent dans la salle pour interagir avec nous.  Dans notre cas, voici à qui nous avions affaire :

« Le sujet est persuadé d’être dans un autre monde formé par ses multiples hallucinations. Sa perception des proportions est gravement altérée et sa notion du temps est défaillante. Elle présente des signes d’autodestruction et ne peut pas entretenir de rapports sociaux stables. » (description tirée de la publication Facebook d’À Double Tour)

Mymi, notre Alice, était très convaincante et est restée dans son personnage pour toute la durée du scénario.  De plus, elle avait adapté son jeu pour l’anniversaire de Jessica, insérant dans ses interactions des informations que nous lui avions préalablement fournies. Ça a bien fait son effet !

Les énigmes

Les énigmes du jeu d’évasion de base ne sont pas réutilisées pour le scénario des nuits d’asile. On nous le dit bien avant d’entrer dans la salle. La résolution des problèmes passe par l’observation et la réflexion. Pour ceux qui n’ont jamais fait Au pays des merveilles, il est plus difficile de savoir si un élément de la pièce est un indice à utiliser dans les nuits d’asile ou pas. C’est donc un avantage de s’être déjà aventuré dans le terrier d’À Double Tour.

Le jeu n’est pas linéaire. On peut chercher les réponses aux 10 questions dans l’ordre qu’on le souhaite et même, préférablement, se séparer les tâches et en résoudre plusieurs en parallèle. Comme les énigmes les plus difficiles rapportent plus de points que les plus simples, c’est au joueur de décider comment gérer son temps.

Vous pouvez demander des indices au maître de jeu si vous acceptez de perdre quelques points à chaque fois.

La conclusion de la fêtée

Moi qui aime les missions aux effets épeurants, j’ai été servie ! La découverte d’Alice dans un lieu sombre, à l’opposé des couleurs pastel qu’on lui octroie habituellement, était tout à fait troublante. J’ai eu besoin d’un temps d’adaptation avant de me faire à sa présence, parce qu’en plus de cela, elle me prenait pour le lapin blanc !

Heureusement, mes collègues docteurs ont fait preuve de professionnalisme et d’efficacité dans la salle, car je me suis plus sentie victime de l’ensorcellement d’Alice, qui connaissait d’ailleurs beaucoup trop de choses sur ma vie (merci à l’informateur !), pour agir. Favorisant donc le travail en binôme, j’ai fini par m’habituer à cette atmosphère inquiétante et ses défis. Bravo à À Double Tour pour cette mission personnalisée ! J’ai eu beaucoup de plaisir et OUI j’ai bien dormi après (sans cauchemar !).

à-double-tour-les-nuits-d-asile-alice-photo-équipe-les-captives
L’heure du thé avec Alice !

Allez leur rendre visite :

À Double Tour
430 Rue du Parvis
Ville de Québec, QC
G1K 6H8
581-981-4263
www.adoubletour.com

logo-a-double-tour

Crédits photos : À Double Tour.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s