Captif Victoriaville : La cellule rouge

Pour la deuxième étape de notre aller-retour chez Captif Victoriaville, nous nous sommes mesurés à La cellule rouge. Sam et Phil ont eu, une fois de plus, la chance de venir se mettre dans le pétrin avec nous !

Nous sommes donc débarqués dans la prison d’El Hongo, au Mexique, pour un scénario dont l’objectif nous a semblé drôlement flou, mais tout de même des plus amusants. Nous incarnions des touristes qui avaient été précédemment emprisonnés par erreur et qui ont réussi à s’évader de ladite prison (le synopsis de la première incarnation de cette salle). Une fois libres, on s’est rendu compte que des zombis avaient envahi l’endroit. On a donc naturellement décidé de retourner à l’intérieur de la prison, car c’était plus sécuritaire. Rendus entre les murs, on a fait des pieds et des mains pour essayer d’en ressortir. Alors, on entre ou on sort ?

La cellule rouge : « Attention aux zombis », on dit ça comment en espagnol ?

Décor : ⭐️⭐️⭐️  Fun : ⭐️⭐️⭐️   Niveau : ⭐️⭐️⭐️

Dans La cellule rouge, la résolution d’énigmes passe beaucoup par l’observation, ce qui est un défi de taille surtout dans la première partie de la mission. Encore une fois, presque tout est logique et cohérent, et ce même si à un certain moment notre équipe entière jurait le contraire ! La tequila avait sûrement affecté nos facultés cognitives pour un bref instant. Mélange de rire et de honte quand nous avons enfin compris l’indice pourtant très, très explicite…

Certaines énigmes demandent de la patience et de la persévérance, ce qui n’est jamais simple dans ce contexte où l’on ne veut jamais prendre le temps. Il nous est arrivé de croire, à tort et à plusieurs reprises, que nous avions enfin trouvé une solution, puis de découvrir d’autres paramètres qui venaient changer la donne.

Le décor de La cellule rouge est convaincant sans toutefois être exceptionnel. L’obscurité dans laquelle nous sommes plongés en début de scénario contribue à l’ambiance et à l’immersion. Quelques éléments de décor semblent avoir déjà passablement souffert malgré le fait que la pièce avait été inaugurée seulement quelques semaines auparavant. Reste à savoir si c’est sous l’effet de joueurs un peu trop enthousiastes ou si ça fait partie de la mise en scène. Après tout, avec des zombis partout, qui prend le temps d’appeler le concierge ?

Nous avons réussi à ressortir de La cellule rouge (qui n’est pas rouge d’ailleurs, désolé pour le spoiler) à quelques minutes de la limite permise. Nous sommes maintenant persuadés que nous pourrons gérer la menace zombie mexicaine. Si certains dirigeants d’État veulent faire appel à notre expertise, vous savez où nous trouver !

2017-11-12-Captif Victo La cellule rougeMerci à Captif Victoriaville de nous avoir permis de nous creuser les méninges pendant cette heure somme toute agréable.

La traditionnelle bière de la victoire a été dégustée à la microbrasserie l’Hermite de Victoriaville.

Jessica a aussi interviewé Patrick Toupin, le fondateur de Captif, sur la création de La cellule rouge dans son émission Premières loges (15 h 30 – 17 h 30) du 21 novembre 2017 à CKRL 89,1 :

Allez leur rendre visite :

Captif Victoriaville
271 Boulevard des Bois Francs S,
Victoriaville,QC
G6P 4S9
1-819-809-5777
www.captif.ca

Captif logo

Dans le cadre de notre couverture médiatique à CKRL, cette partie nous a été gracieusement offerte par Captif Victoriaville. Crédits photos : Captif Victoriaville.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s