À Double Tour : La grande évasion

Pour notre deuxième expérience de jeu d’évasion au Québec, nous sommes retournés chez À Double Tour pour nous mesurer au plus classique et emblématique des scénarios offerts dans le domaine : fuir la prison dans laquelle vous êtes enfermés pour un crime que vous n’avez pas commis.

Vous avez remarqué que les scénarios se déroulant en taule nous placent pratiquement toujours dans la peau de victimes d’erreurs judiciaires ? C’est comme ça ici comme ailleurs !

Au final, peu importe la raison d’en être arrivés là : nous y étions et tant pis pour nos sales gueules ! Un gardien nous a aligné dos au mur, nous a fait la morale et nous a montré le chemin des cellules. Nous étions enfermés dans la Prison St-Roch, dans un Québec où la peine de mort était toujours en vigueur, et avions 60 minutes avant notre transfert vers le couloir de la mort. Nos compagnons d’infortune : Daniela, Jo-Annie, David, Jo et Sam. Oui, notre cellule était surpeuplée.

La grande évasion :

Décor : ⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️  Fun : ⭐️⭐️⭐️⭐️   Niveau : ⭐️⭐️⭐️⭐️

On a eu droit, dans La grande évasion, à un décor très soigné et super convaincant. Aussi bien vous le dire tout de suite, on risque de vous écrire ça pour chacun des scénarios d’À Double Tour. On a bien cru à la crasse et à l’usure de cette vieille maison de correction ! Petit conseil, ne laissez pas tomber votre brosse à dent dans les toilettes !

Même sans la menace de peine de mort qui nous pendait au bout du nez, la cellule n’aurait assurément pas été notre premier choix d’Airbnb pour la soirée, ni le deuxième d’ailleurs. Et pourtant, j’ai déjà dormi dans une ancienne école abandonnée qui était vraiment très, très louche et que j’avais réservée sur la plateforme de location ! Maintenant que j’y pense, cette vieille école était pire que la Prison St-Roch, mais là je m’égare du sujet…

Les styles d’énigmes étaient variés. Nous avons occupé notre temps derrière les barreaux à fouiller, observer, manipuler et bien réfléchir. La communication et l’entraide ont été un passage obligé sur le chemin de la liberté. L’interaction avec notre maître de jeu a été très amusante. Ce n’est pas l’antipathique gardien de prison du début qui nous assistait dans la mission, mais plutôt un deuxième personnage qui gravitait dans l’environnement du pénitencier. Gi, je ne peux m’empêcher d’avoir une petite pensée pour toi. Je te remercie, où que tu sois maintenant. Sans toi, nous n’y serions jamais arrivés !

Comme vous devez vous en douter, il y avait plusieurs étapes à franchir avant de pouvoir, à nouveau, respirer l’air pur du quartier Saint-Roch. Au bout d’une heure, nous n’avions donc toujours pas réussi à quitter l’établissement carcéral.

Nous avons cependant été chanceux malgré tout : un délai dans les procédures judiciaires a fait en sorte que nous avons été renvoyés en prison avant notre exécution.  [Dans les faits, nous avons profité du rabais de la 2e chance, offert par À Double Tour, qui permet de rejouer à moitié prix un scénario échoué.] Nous n’allions pas laisser passer cette chance. Cette fois-ci, nous avons trouvé un moyen de nous enfuir de cette satanée cellule !

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous sommes allés boire nos bières de la défaite, puis celles de la victoire, chez Noctem Artisans Brasseurs.  On s’est dit que c’était tellement près de la prison que personne ne penserait à venir nous chercher là-bas !

Allez leur rendre visite :

À Double Tour
430 Rue du Parvis
Ville de Québec, QC
G1K 6H8
581-981-4263
www.adoubletour.com

a-Double-Tour-logo

Crédits photos : À Double Tour.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s