À Double Tour : Pandémie (fermée)

Nous sommes débarqués chez À Double Tour sans trop savoir ce qui nous attendait. Jessica a recruté une équipe de choc avec Daniela, Sam et Laurence pour nous assister dans cette mission, qui allait être le sujet d’un article pour monSaintRoch.com. C’est donc dans un cadre purement journalistique (nous n’étions surtout pas là pour nous amuser, oh que non madame, monsieur !) que nous nous sommes laissés entraîner dans cette aventure.

Pandémie : Si on avait su dans quoi on s’embarquait!

Décor : ⭐️⭐️⭐️⭐️  Fun : ⭐️⭐️⭐️⭐️   Niveau : ⭐️⭐️⭐️⭐️

Dans Pandémie, nous incarnions des chercheurs travaillant pour le compte d’Enigma Corporation.  À ne pas confondre ni avec la compagnie de Trois-Rivières du même nom (Je sais, c’est mêlant, mais il faut suivre un peu),  ni avec une autre grosse compagnie pharmaceutique fictive qui, comme Enigma, a développé un produit bien louche ayant transformé les gens du coin en zombis.  Ça arrive plus souvent qu’on ne le pense.

Un collègue du quart de travail précédent nous a donc pressés de le suivre au labo, car un incident était survenu.  Rien de grave, c’est surement ce que vous pensez aussi. Nous sommes entrés dans la pièce et ce qui devait arriver, arriva. Les lumières flanchèrent, la porte se verrouilla automatiquement et une alarme, suivie d’un message sonore, nous annoncèrent rien qui vaille. Procédures d’urgence standards obligent, nous avions, à ce moment, 60 minutes pour réussir à trouver un antidote, sans lequel nos carottes étaient cuites, ET un moyen de sortir du laboratoire, sinon c’était la mort. Le jeu commençait !

A-double-tour-pandemie-laboLe décor de laboratoire tout blanc, tout propre et aseptisé était très convaincant, avec ses grands comptoirs en acier inoxydable, ses fioles, ses éprouvettes, ses appareils inconnus et ses montagnes de documents bien rangés.  Il faisait contraste avec les autres zones plus sombres et en désordre, découvertes plus tard dans le jeu. (On peut bien le dire, maintenant que la salle n’existe plus !)

Il est d’ailleurs intéressant de mentionner que nous avions initialement cru qu’il n’y avait qu’une seule pièce. Nous avons donc, au moment où nous avions enfin déverrouillé la porte de « sortie », été envahis par une série d’émotions contradictoires:

  • Joie et fierté : On est trop forts ! On a gagné !
  • Déception : Ah non, finalement ce n’est pas le cas…
  • Re-joie : Yehaaa! On peut encore jouer !

Nous n’avions clairement pas regardé le vidéo promotionnel avant d’y aller… Il y a des bonnes chances que ça nous aurait mis la puce à l’oreille !

En quittant la salle initiale, l’ambiance, autant visuelle que sonore, devenait plus pesante et nous faisait ressentir encore plus l’urgence de la situation.  Le fait qu’on ait passé pas mal de notre heure allouée dans le labo y était aussi pour quelque chose.  Jessica a sursauté et poussé quelques cris de terreur, à notre grand plaisir. Pour l’immersion, c’était réussi.

Côté énigmes, on a eu droit ici à un beau mélange de fouille et de logique qui s’est avéré un bon défi à relever. Comme c’était notre première expérience, nous n’avions pas encore développé de réflexes de jeu.  Nous comprenions que nous devions chercher des indices et résoudre des énigmes, mais nous ne savions ni quoi chercher, ni même quelles étaient les énigmes à résoudre ! Après un départ un peu lent, on a commencé à comprendre, on a mis les bouchées doubles et on a fait quelques bonnes associations assez rapidement.  Mon background de fan de jeux vidéo de zombis m’avait servi ! Enfin, nous avons tenté le tout pour le tout afin de résoudre la dernière énigme de la pièce, pour laquelle nous n’avions trouvé aucune piste de réponse. Nous avions totalement ignoré et laissé loin derrière un élément qui nous aurait été des plus utile. Nous avons donc testé chaque combinaison possible jusqu’à ce que les voyants de la grosse machine passent au vert, signe que nous avions trouvé la bonne combinaison d’éléments pour créer l’antidote.  Nous gagnions, par la même occasion, notre ticket doré pour la survie ! Contrairement à ce que vous pourriez penser, c’est une façon de faire très scientifique.  Je crois cependant que la salle a plus tard été modifiée et que notre technique de bourrins n’était plus possible.

Au final, comme le dit la photo, on a réussi !

A-Double-Tour-Pandemie

Pandémie a été notre toute première expérience dans le domaine. On a trippé comme des écolières à un concert de [insérez ici le nom de l’artiste pop du moment]. À Double Tour, on peut dire que vous nous avez donné la piqûre.  Vous avez créé un monstre !

Cette incursion dans le monde des jeux d’évasion nous a tellement emballés que nous en avons reparlé toute l’équipe ensemble, pendant plus longtemps que la mission elle-même, chez Noctem Artisans Brasseurs, où notre première bière de la victoire a été bue avec beaucoup d’enthousiasme.

Et pour vous, quelle est la salle qui a déclenché votre désir incontrôlable de retourner faire des jeux d’évasion ?

Allez leur rendre visite :

À Double Tour
430 Rue du Parvis
Ville de Québec, QC
G1K 6H8
581-981-4263
www.adoubletour.com

a-Double-Tour-logo

Dans le cadre de notre couverture médiatique à monSaintRoch.com et CKRL, cette partie nous a été gracieusement offerte par À Double Tour. Crédits photo : À Double Tour.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s